Le CBD et la neurogenèse

“Le cannabis provoque la neurogenèse”

Cette étude datant de 2005 par l’Université de la Saskatchewan au Canada a contredit le mythe selon lequel la marijuana provoque des lésions cérébrales. Les chercheurs ont constaté qu’un “High” de THC provoque en fait le développement de nouvelles cellules cérébrales.

LA NEUROGENÈSE

Ce processus résulte de la croissance dans les cellules du cerveau : la “Neurogenèse”.

La neurogenèse désigne l’ensemble du processus de création d’un neurone fonctionnel du système nerveux à partir d’une cellule souche neurale.

L’auteur de l’étude Zhang Xia a expliqué à l’époque qu’un composé synthétique de THC comme celui utilisé dans l’étude, augmente de 40% la formation des cellules du cerveau, dans la région du cerveau responsable de la mémoire, de l’apprentissage et de l’émotion appelé l’hippocampe.

Le THC n’est évidemment pas le seul cannabinoïde qui aide le cerveau à se développer. Selon une étude menée au Brésil et publiée dans “The International Journal of Neuropsychopharmacology”, le CBN (cannabinol) peut aussi y contribuer !

 

ET LE CBD DANS TOUT ÇA ?

Pour étudier les effets du cannabidiol sur l’anxiété et la dépression, les chercheurs se sont tournés vers la source concernée, la partie du cerveau appelé l’hippocampe. Chez l’adulte c’est la seule partie du cerveau qui peut continuer à croître. Bien que des études statistiques ont déjà constaté que ce principe actif dans le cannabis contribue à améliorer les symptômes liés à la dépression, l’étude universitaire nous explique pour la première fois le mécanisme.

En effet, les chercheurs ont constaté que le CBD et le THC provoquent une génération de cellules dans la région de l’hippocampe. Le cannabidiol provoque également la neurogenèse. Le cannabis crée et ne détruit pas les cellules du cerveau. Ce qui est prouvé de nos jours pour la maladie d’Alzheimer et les dommages causé par l’alcool.

 

« CHARLOTTE REVIT, MERCI ! »

Le CBD a prouvé son action significative dans le traitement de l’épilepsie, réduisant l’impact et la fréquence des crises. Charlotte, cette petite fille du Colorado est un cas devenu célèbre ; une petite fille qui souffrait de graves crises épileptiques. Les frères Stanley ont testé sur elle une variété de marijuana riche en CBD (à 17%), et donc très faible en THC. Immédiatement, son comportement « d’autiste » a disparu, son esprit a retrouvé sa clarté et Charlotte n’était plus sujette à ses crises épileptiques qui lui empoisonnés la vie.

Après ce fulgurant constat ; les frères ont       entrepris  de nommer la variété en l’honneur de   cette petite fille : La “Charlotte’s web“. Cette   variété de cannabis est aujourd’hui reconnu à   travers tous les États-Unis. Toutefois, sa   guérison vient surtout du taux présent dans la plante (inutile de choisir cette variété de fleur précisément) et les huiles peuvent être   également être très voire plus efficace !

Nous avons donc appris que les composés actifs   du cannabis peuvent provoquer la neurogenèse ;   ce qui contredit totalement cette vieille légende, comme quoi le cannabis détruit les neurones.